L’ERRANCE CRÉATIVE DE GLADYS BOURDON

Elle dessine depuis l’enfance et elle a su très tôt qu’elle devrait vivre de son art. Gladys Bourdon s’est engagée dans les arts appliqués dès le lycée avant  d’étudier la communication visuelle. Suit un master d’art graphique à Chaumont en passant par  les Beaux Arts de Besançon ou la Royal Academy of Art de LaHaye…c’est un aperçu. Le bagage est en tout cas solide quand elle  revient à Reims  après 6 années d’études pour s’y installer comme  graphiste. Elle a 24 ans et comprend très vite que la création artistique l’attire davantage que le graphisme de commande. Quatre ans plus tard ses oeuvres font partie du paysage artistique des rémois. Les plus récentes sont  présentées jusqu’au 31 octobre au Studio Pastel dans une exposition justement nommée « Point d’origine ». Puisque les dessins de Gladys Bourdon sont exclusivement réalisés au stylo noir fin,  à la manière d’une  calligraphie minutieuse  et serrée. Et même quand la couleur s’invite, le noir est toujours là, comme dans  oeuvres qui sortent des ateliers qu’elle anime  dans les établissements scolaires, dès l’école maternelle.

La technique ciselée de Gladys Bourdon vient servir un cheminement qu’elle qualifie d’errance mentale,  » pour perdre la conscience de ce qu’on va faire ». C’est un voyage de la pensée  très personnel qui  vous conduit sur un point de rouille ou jusqu’aux nervures d’une feuille, « pour revenir à ce que nous sommes vraiment. C’est une façon de révéler les réalités invisibles, dit -elle, pour regarder ce qui nous entoure autrement et mieux vivre l’instant présent. » Cette forme de méditation qui développe l’imaginaire est à l’origine de toutes ses créations qui, entre figuratif et abstrait,  laissent toujours une part à l’interprétation. L’envie d’initier l’autre à ces voyages est là, très présente. Après des expériences  très concluantes avec les enfants, Gladys Bourdon rêve d’animer des ateliers d’adultes au sein des entreprises, avec les salariés.

« Point d’origine » au studio Pastel jusqu’au 30 Octobre

 

Monique Derrien

Reporter puis grand reporter à Radio France de 1987 à 2016. Prix du Grand Reportage de Radio France. Chronique judiciaire régulière et assidue des petits et grands procés : Chanal, Heaulme, Fourniret. Attention soutenue sur les audiences et faits de société et sur la politique, un peu. Parce qu'ils disent presque tout du monde qui nous entoure. Intérêt marqué pour la culture, la gastronomie et le champagne. Celui qui se boit et celui qui a su si bien se vendre jusqu'ici.

Vous pourriez aussi aimer...