2. MARIE

Michel Fourniret a été arrêté en Belgique le 26 Juin 2003 après l’enlèvement raté d’une adolescente de 13 ans, Marie-Ascension Sangwe. Son incroyable sang froid a mis fin au parcours d’un prédateur sexuel hors norme. C’est à partir de là que les enquêteurs belges ont pu reconstituer le passé terrifiant du couple Fourniret. Et la déposition de la jeune fille, au tout début du procès, force le respect. Pour continuer à exercer sa toute puissance jusque dans le box des accusés, Michel Fourniret a exigé un huis clos qui lui a été refusé. Il a donc annoncé qu’il garderait le silence, en représailles. Mais s’appuyant sur un impressionnant dossier d’instruction, les débats n’en restituent pas moins le sadisme de l’accusé.

Si Marie ne s’était pas enfuie je lui aurais arraché les yeux et les membres avec une infinie jouissance. Elle incarne la pureté.” Fourniret a décidé de se taire pendant son procès, mais il suffit de se plonger dans sa prose pour tout apprendre. Elle est un personnage central de l’audience. Ces mots terribles, il les a écrits depuis sa cellule à son fils Selim alors âgé de 16 ans ! Mais ce que l’on retiendra surtout, c’est en effet la pureté de Marie, sa sérénité et sa force. Depuis son enlèvement, il y a 5 ans, l’adolescente est devenue une longue jeune fille au port altier. Portée par une grâce inouïe, elle le regarde droit dans les yeux, sans faiblir, et même en souriant pour lui dire : “Vous êtes ridicule”. Car les débats laissent la place, une fois encore, aux atermoiements de Michel Fourniret. “Je brûle de commenter le récit qui est fait de l’enlèvement de Marie, mais je ne le peux pas.” Chacun doit se souvenir, en effet, qu’il demande le huis clos pour s’exprimer. “Mais on ne peut pas céder à vos exigences” lui oppose tranquillement le Président Latapie. C’est donc Marie qui parle, seule. L’adolescente marchait au bord de la route et Michel Fourniret lui a demandé son chemin. Il a tenté une stratégie de culpabilisation quand elle a refusé de s’asseoir à côté d’un homme qui se disait égaré pour l’aider. Alors il l’a fait monter de force dans sa camionnette en lui promettant, gestes à l’appui, de prochains rapports sexuels.Quand elle lui a demandé s’il travaillait pour Dutroux, il lui a répondu que c’était pire. Elle raconte comment elle a prié à l’arrière du véhicule, de plus en plus fort, comment elle s’est déliée des cordelettes qui immobilisaient, comment elle a pu sauter par la porte arrière, comment elle a échappé à ce qu’on connu les autres filles : les humiliations morales, le viol et la mort. Tout ce qu’on sait aujourd’hui puisque Monique Olivier a fini par décrire l’horreur un an après l’arrestation de son mari. C’est alors que les Fourniret sont entrés dans l’histoire des grands criminels sexuels et parmi les plus terrifiants.

A suivre : LES LETTRES

Monique Derrien

Reporter puis grand reporter à Radio France de 1987 à 2016. Prix du Grand Reportage de Radio France. Chronique judiciaire régulière et assidue des petits et grands procés : Chanal, Heaulme, Fourniret. Attention soutenue sur les audiences et faits de société et sur la politique, un peu. Parce qu'ils disent presque tout du monde qui nous entoure. Intérêt marqué pour la culture, la gastronomie et le champagne. Celui qui se boit et celui qui a su si bien se vendre jusqu'ici.

You May Also Like