CONDAMNÉS POUR DÉNONCIATION CALOMNIEUSE D’UN PRÊTRE, iLS FONT APPEL

Jean-Louis et Marie-Jeanne Martin viennent d’être condamnés à trois mois de prison avec sursis pour dénonciation calomnieuse du père François Jérôme Leroy, le prêtre du Foyer de la Charité de Baye qu’ils soupçonnaient de pédophilie. Ils se disent indignés par ce jugement parce qu’ils estiment n’avoir fait que leur devoir en exprimant leurs doutes auprès de l’évêque et du  procureur de Châlons-en-Champagne. Ils ont fait appel du jugement du Tribunal Correctionnel.

Les époux Martin ont quitté Dijon pour s’installer à Baye, dans la Marne, il y a 5 ans. Catholiques fervents, ils souhaitaient prendre leur retraite à la campagne et à proximité d’une communauté religieuse, dans le but de  vivre pleinement leur foi. Ils se sont renseignés auprès de plusieurs monastères et c’est ainsi qu’ils sont finalement venus s’installer en pleine nature, dans une maison qui leur est louée par le Foyer de la Charité de Baye, à l’écart de ce village de 400 habitants. Mais les rapports entre les locataires et le propriétaire, représenté par le Père Leroy, se sont vite dégradés.

RIGIDES OU REVENCHARDS ?

Les Martin réclamaient des travaux qui n’arrivaient pas et c’est dans ce contexte conflictuel qu’ils rédigent une lettre dans laquelle il est fait état de pratiques pédophiles au Foyer de la Charité de Baye. Les premières dérives sont attribuées au père Michel Blard décédé en 2014, et décrit comme un « prédateur connu mais protégé ». Une enquête sur ses mœurs est actuellement en cours, même si les poursuite son éteintes par son décès. Reste que le Père Leroy qui lui a succédé n’est pas épargné par le courriel des Martin. Ils le présentent comme « un manipulateur narcissique enjoué et diabolique »à la fois. Les auteurs expriment ainsi leur craintes à « chaque fois que leurs petits-enfants empruntent le chemin qui les sépare de la Charité de Baye ».

Mais l’angoisse serait montée d’un cran quand le Père Leroy s’est permis de faire une photo des deux adolescents. En manteau et bonnet, certes, mais sans l’autorisation des grands parents. A quoi s’est ajoutée une proposition faite à l’aîné d’entre eux de venir réparer un vélo au domicile du prêtre. « J’étais conscient que je faisais une gaffe, commente le religieux devant le tribunal, mais j’espérais naïvement améliorer nos relations. » Un an plus tard devant leurs juges les grands parents sont toujours scandalisés par cette invitation. Il faut dire qu’une famille du village leur aurait révélé, sous le sceau du secret, que leur fils était à jamais traumatisé par les gestes déplacés du prêtre. L’enquête révélera que le jeune homme avait peu apprécié invité le rituel du lavement des pieds qu’on lui avait proposé

SIGNALEMENT OU DÉNONCIATION ?

« Les faits dénoncés sont un tissu de mensonge assène le procureur dans son réquisitoire, et il y a bien eu intention de nuire de la part de personnes qui n’existent que par le conflit en se dissimulant derrière un pseudo statut de lanceur d’alerte. » Aucune des multiples investigations et auditions menées par la brigade de recherche de la gendarmerie d’Epernay n’a permis de retenir la moindre charge contre le père Leroy. Il avait pourtant été éloigné de Baye par l’évêque de  Châlons-en-Champagne dès réception du courriel des Martin. Et c’est aussi Monseigneur François Touvet  qui a choisi de communiquer sur ce signalement en le relayant sur Facebook. Il faut dire que Monseigneur Barbarin faisait alors l’objet d’une enquête pour non dénonciation  de pédophilie. « Vous êtes plus responsables que les Martin s’il y a eu calomnie » lance Me Chevais, l’avocat de la défense, à l’évêque.  Les Martin ont-ils été vigilants ou dénonciateurs. C’est bien cette question qui incite aujourd’hui les prevenus à faire appel de leur condamnation. Ils affirment qu’ils n’ont fait que demander de l’aide à une Eglise qui ne les aurait pas entendus.

 

 

Monique Derrien

Reporter puis grand reporter à Radio France de 1987 à 2016. Prix du Grand Reportage de Radio France. Chronique judiciaire régulière et assidue des petits et grands procés : Chanal, Heaulme, Fourniret. Attention soutenue sur les audiences et faits de société et sur la politique, un peu. Parce qu'ils disent presque tout du monde qui nous entoure. Intérêt marqué pour la culture, la gastronomie et le champagne. Celui qui se boit et celui qui a su si bien se vendre jusqu'ici.

You May Also Like