LE CORPS D’ANAIS GUILLAUME ÉTAIT BIEN ENFOUI À FROMY

DE QUOI INNOCENTER PHILIPPE GILLET… OU L’ACCABLER

Ce sont bien les restes d’Anaïs qui ont été découverts sous un tas de fumier sur l’exploitation de Philippe Gillet. Cet agriculteur de Fromy, dans les Ardennes, a été condamné en Mars dernier à 22 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa jeune maîtresse, Anaïs Guillaume dont le corps n’avait jamais été retrouvé depuis sa disparition en 20013  

Une lettre anonyme a été adressée fin Septembre depuis la Belgique à Ghislain Fay*,  l’avocat de Philippe Gillet qui l’a aussitôt transmise au Procureur de la République de Charleville Mezieres. Elle indiquait la présence des restes d’Anaïs sur les terres de son amant sous un tas de fumier. Lassée d’attendre l’intervention des gendarmes,  la fille aînée de Philippe Gillet a entrepris d’aller creuser la terre, guidée par les conseils éclairés de son père.  Avec l’aide de son petit ami elle a découvert très vite ce qu’elle cherchait, en quelques coups de pelleteuse portés où il le fallait. Ces fouilles sauvages ont du coup activé l’intervention de la Section de Recherche de la Gendarmerie de Reims sur les lieux. Et ces restes appartiennent bien au squelette de la jeune femme, on l’a appris très vite A la Cour d’Appel de Reims, l’avocat général Jacques Louvier rappelait que des recherches avaient déjà été faites à cet endroit après la disparition d’Anaïs, mais sans résultats. Il confirmait par ailleurs la présence de chaux autour des ossements, comme l’annonçait l’auteur de la lettre anonyme, précisant encore qu’Anais a été séquestrée en Belgique pendant deux ans avant d’être tuée…à une époque où Philippe Gillet se trouvait donc en détention provisoire, ce qui l’empêchait d’être le meurtrier de Anaïs.  

   

Victoria et l’avocat de son père Me Fay

 UN COURRIER PROVIDENTIEL

Ces révélations étayées par des éléments matériels -les ossements d’Anaïs- veulent innocenter l’agriculteur. Il a toujours affirmé que sa maîtresse avait fui les Ardennes pour vivre librement sa vie de toxicomane à l’étranger. Philippe Gillet devait être rejugé en appel dans les premiers mois de l’année 2020 pour le meurtre d’Anais mais aussi pour celui de son épouse morte accidentellement, selon lui, sous le poids d’une vache. Ce dont les enquêteurs avaient pu douter. Il a pourtant été acquitté de ce crime en première instance. Depuis la découverte des ossements par Victoria Gillet,  des investigations complémentaires ont été  ordonnées par Catherine Morin, la présidente de la Cour d’Assises d’Appel, qui seule pouvait ordonner un supplément d’information. L’échéance du second procès de Philippe Gillet s’en trouvera considérablement repoussée. Car au-delà de l’identification par l’ADN qui vient d’aboutir, il faudra déterminer la période à laquelle le corps d’Anaïs a été enfoui, ce qui s’annonce  beaucoup plus complexe. L’enquête devra par ailleurs tenter de trouver l’auteur de la lettre anonyme.

DES SIMILITUDES TROUBLANTES

Car l’hypothèse d’une manipulation de Philippe Gillet, familier des messages sans signature,  ne peut pas être écartée. Le fermier de Fromy savait en effet que seul un «élément nouveau » pourrait éventuellement lui permettre d’engager une nouvelle demande de remise en liberté après le récent rejet de la Cour de Cassation. Il savait aussi que la partie serait difficile, en appel, si le dossier n’évoluait pas. Et l’irruption  de cette lettre anonyme en rappelle une autre : celle que Philippe Gillet a écrite à une de ses jeunes conquêtes parce qu’elle avait rompu. Lettre de menaces assez terrifiante qui lui avait valu une condamnation assortie du sursis. On comprenait , en la lisant, que l’auteur n’aimait pas qu’on le quitte, comme Anaïs l’avait fait peu avant sa disparition. La présence de chaux sur les ossements récemment découverts renvoie par ailleurs à cette acquisition très inhabituelle de 2 sacs de 25 kilos de chaux par Philippe Gillet deux jours avant la disparition de sa maîtresse. Elle avait intrigué le commis de la ferme qui s’en était ouvert aux enquêteurs. Car il savait que la chaux est un moyen de faire disparaître une carcasse de bétail … ou un cadavre. D’autant qu’il avait vu Philippe Gillet retourner et regrouper un tas de fumier qui ne l’avait jamais intéressé jusque là. Ces déclarations avaient conduit les enquêteurs à faire des recherches sous ce fameux tas de fumier qui s’étirait sur 25 mètres. En vain. La fille de Philippe Gillet a été beaucoup plus efficace… ou mieux renseignée.

*Maitre Fay et Maitre Combes, les deux avocats de Philippe Gillet, indiquent officiellement qu’ils n’assureront pas sa défense en appel dans le souci de laisser leur place à un confrère qui porterait un regard neuf sur le dossier.

ARTICLE ACTUALISÉ LE 1er NOVEMBRE À 17h30

Monique Derrien

Reporter puis grand reporter à Radio France de 1987 à 2016. Prix du Grand Reportage de Radio France. Chronique judiciaire régulière et assidue des petits et grands procés : Chanal, Heaulme, Fourniret. Attention soutenue sur les audiences et faits de société et sur la politique, un peu. Parce qu'ils disent presque tout du monde qui nous entoure. Intérêt marqué pour la culture, la gastronomie et le champagne. Celui qui se boit et celui qui a su si bien se vendre jusqu'ici.

You May Also Like