EN CHAMPAGNE L’ÉPINEUSE DÉCISION DU RENDEMENT DE LA VENDANGE EST REPORTÉE

AU SIÈGE DU COMITÉ CHAMPAGNE D’EPERNAY, VIGNERONS ET NÉGOCIANTS N’ONT PAS PU SE METTRE D’ACCORD SUR LES QUOTAS DE LA RÉCOLTE 2020. ILS SE REVERRONT LE 18 AOÛT.

La vendange pourrait commencer dans un mois en Champagne. Et comme chaque année, les professionnels de l’Appellation se sont réunis au siège du Comité Champagne d’Epernay pour fixer le niveau du rendement de la récolte. Il est traditionnellement déterminé par la situation du marché du champagne pour éviter la surproduction et une surabondance de stocks extrêmement coûteuse. On estime à 1,3 millions le nombre de bouteilles qui n’auront pas été expédiées en 2020 , ce qui représente un manque à gagner de 1,7 milliards dû en grande partie à la crise du COVID . Comme le président du SGV l’a récemment rappelé, ces “invendus” pèsent dangereusement dans les comptes des entreprises champenoises qui veulent à tout prix éviter d’alourdir ce poste. Les rendements envisagés par l’interprofession devaient ainsi rester sous la barre des 8000 kilos de raisins à l’hectare, alors qu’il ne peut-être inférieur à 9500 kilos, selon les vignerons producteurs de bouteilles, pour garantir la survie de leurs entreprises. Un véritable bras de fer s’est ainsi engagé entre la Fédérations des Vignerons Indépendants et le Syndicat Général des Vignerons. Jusqu’à une rupture qui s’est manifestée par l’injonction adressée aux Indépendants de quitter les locaux du SGV. Ce qu’ils ont fait, mais sans rien perdre de leur détermination à empêcher une baisse des rendements qui leur serait fatale. Lire aussi : http://www.moniquederrien.com/de-la-crise-interne-a-la-crise-economique/ Leur combat pourrait d’ailleurs rallier bien plus que les 400 vignerons qui adhèrent à leur fédération. La pression est effective. Et le report de la décision sur les rendements 2020 par le récent bureau exécutif leur laisse espérer une  révision à la hausse des rendements initialement envisagés. La prochaine réunion est fixée au 18 Août, quelques jours avant les premiers coups de sécateurs.

Monique Derrien

Reporter puis grand reporter à Radio France de 1987 à 2016. Prix du Grand Reportage de Radio France. Chronique judiciaire régulière et assidue des petits et grands procés : Chanal, Heaulme, Fourniret. Attention soutenue sur les audiences et faits de société et sur la politique, un peu. Parce qu'ils disent presque tout du monde qui nous entoure. Intérêt marqué pour la culture, la gastronomie et le champagne. Celui qui se boit et celui qui a su si bien se vendre jusqu'ici.

You May Also Like