25. FOURNIRET PLEURE, MAIS IL MENT QUAND MÊME

La carapace de Michel Fourniret paraissait sans faille. Il a fallu l’intervention de deux jeunes femmes, sa fille et une amie, pour qu’il verse des larmes et pour qu’il parle. Mais malgré la charge émotionnelle de ces échanges, il ne s’est pas interdit de mentir. On le sait, aujourd’hui plus que jamais, à la lumière de ses récents aveux dans les meurtres de Joanna Parrish et de Marie-Angèle Domece.

Elle l’a appelé “papa”. Elle est la seule survivante des trois enfants qu’il a eus avec Nicole Clerget, sa première épouse. La fille et la mère ont témoigné l’une après l’autre de leur passé commun, une vie de famille presque normale, et surtout, elles lui ont demandé de parler. Ses premiers mots ont été pour exprimer sa haine de Monique Olivier . “Je ne mets pas en doute la malhonnêteté de cette bonne femme.” Les paroles d’amour sont venues ensuite pour sa fille, la “si belle enfant” qui fond en larmes. “C’est une situation où les mots n’ont plus de sens -il sanglote- sinon pour te dire que je t’aime. Sache que je peux crever, je t’aimerai toujours.” Mais avant même de s’adresser à sa fille comme n’importe quel père aurait pu le faire, Michel Fourniret avait rompu son silence quand Dominique Catoire l’en a supplié. Elle était la fille d’un de ses employeurs. Ils ont manifestement été très proches et elle l’interpelle sans détour. “ Rends au moins ce service aux gens à qui tu as fait tant de mal de dire la vérité.” “ Dom, j’ai pris une position, je ne peux pas en changer. Je ne peux pas parler en public.” “Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, fais-le. S’il y a d’autres personnes, dis-le ! Tu me fais honte pour papa à l’heure actuelle. Fais l’effort, vas-y Michel !” Alors il ravale ses larmes et il promet : “il n’y a pas d’autres actes que j’aie commis qui ne soient pas connus”. “A-t-il dit la vérité ? s’interroge Didier Seban. Demandez- le lui.” Il est l’avocat du père de Marie Jeanne Desramault, dont Michel Fourniret a avoué le meurtre, mais aussi des familles Domece, Parrish et Mouzin. Et Fourniret répond :”je ne suis pas concerné par les affaires Domece, Parrish et Mouzin, ni par d’autres. Je ne suis pas concerné. Je le jure sur ce qu’il y a de plus précieux entre nous.” “Réfléchis, peut-être demain ou un autre jour” conclut Dominique Catoire.

Monique Derrien

Reporter puis grand reporter à Radio France de 1987 à 2016. Prix du Grand Reportage de Radio France. Chronique judiciaire régulière et assidue des petits et grands procés : Chanal, Heaulme, Fourniret. Attention soutenue sur les audiences et faits de société et sur la politique, un peu. Parce qu'ils disent presque tout du monde qui nous entoure. Intérêt marqué pour la culture, la gastronomie et le champagne. Celui qui se boit et celui qui a su si bien se vendre jusqu'ici.

You May Also Like